Retour sur le vieux continent

9 Aout 2011

Il est 4h du matin, j’ai du dormir 2h sur le carrelage de l’aéroport Ben Gurion de Tel-Aviv. Je dois me faire enregistrer avant le vol.

La 1ere file d’attente est prévue pour le passage des bagages au détecteur. Mais durant l’attente, un homme passe, me demande mon passeport, puis me pose des questions tres précise (il fait ca avec tous les passagers) : combien de temps je suis resté en Egypte, en Jordanie, en Malaisie (!!!) ; quelles villes j’ai visité en Malaisie, est-ce que j’ai des objets tranchants sur moi et enfin, est-ce que j’ai recu des cadeaux durant mon voyage en Israel.
C’est a cette derniere question que j’ai menti car une danoise a Jérusalem m’avait offert un livre de témoignange de femme soldat israelienne en territoire palestinien. Elle m’avait dit de m’en débarasser avant d’entrer dans l’aéroport, lorsque je quitterais le pays ; mais je n’ai pas voulu m’en séparer.
Je l’ai donc mis dans une poche de mon sac en espérant qu’ils ne le trouvent pas.

Pour certains bagages jugés « anormaux », ils les passent aux fouilles minutieuses sur un autre comptoir. Pour le mien, il est troué de partout et une tente ronde est attachée par de la ficelle : ca ne loupe pas, il passe aux fouilles approfondies…

Ouverture et déballage de mon sac. C’est long.
La fille dispose d’un détecteur a main. Ce qui l’importe le plus, c’est mon matériel électronique et ma connectique totalement innofensive, si bien qu’elle en oublie la fouille plus minutieuse du reste. Elle n’a pas vu mon livre, je peux partir enregistrer mon billet.

J’entre dans le sas d’embarquement ou on inspecte mes bagages a main – la encore, l’attente est tres longue – avant que l’agent passe une derniere fois le detecteur au niveau des chaussures.

Ce qui m’énerve le plus, c’est qu’ils m’ont confisqué la creme solaire que j’ai oublié de remettre dans mon sac :
– « Vous ne pouvez pas la garder »
– « Mais ca m’a couté cher !!! »
– « C’est du liquide, c’est interdit… »

Ils pensent quoi, qu’il y a une bombe a l’intérieur ???
Trop de sécurité partout, tout le temps… J’en ai marre.

Dernier passage a un guichet pour le coup de tampon de sortie.
Je donne mon passeport a l’agent:
– « Comment tu t’appelles ? »

C’est écrit dessus, je m’appelle « vous me faites ch*** avec vos questions ».

Je n’ai dormi que 2h. Il est 6h30, j’embarque dans l’avion apres avoir continué ma nuit quelques minutes dans le terminal. Le sourire des hotesses contraste avec ce qui s’est passé les heures précédentes.

Je sens a peine le décollage et l’atterissage quelques 2h plus tard.

Il est 9h du matin, me voici a Athenes. Retour sur le vieux continent.
C’etait mon dernier vol pour ce tour du monde. Le reste se fera sur le plancher des vaches.

Je passe de l’hébreu au grec… toujours aussi imcompréhensible par contre, j’échange mes shekels contre l’une des plus belles inventions de notre époque (avec l’espace Schengen) : l’euro !

Dans les petits pays d’Amérique centrale ou il faut changer constamment de monnaie, la Grece, meme isolée durant longtemps du reste de l’Union Europenne n’a pas hesité a adopter la monnaie unique depuis sa création.

J’arrive a trouver Internet a l’aéroport. Je n’avais pas pris le temps de booker pour un hostel.
Les israeliens de l’avion forment une longue file d’attente pour le coup de tampon d’entrée en Grece. Pour les pays membres de l’Union Européenne, c’est un couloir bien dégagé ; on a droit a une vérification du passeport d’environ… 1/2 seconde et basta !

Le taxi m’amene dans le centre-ville d’Athenes. Sur la route, on entend les cigales.
J’ai a peine dormi.

Une fois mes affaires déposées dans le dortoir climatisé (pour une fois !), je m’écroule sur le lit.

Impossible de faire quoique ce soit aujourd’hui.

10 Aout 2011

Je passe l’apres-midi a chercher de nouveau accessoires pour refaire du camping.
On est a nouveau en Europe. La notion de « camping » refait surface des lors qu’on foule le sol européen.

La ville n’est pas excessivement bruyante. On utilise les klaxons modérement, ca fait plaisir.

Ma 1ere expédition sera la recherche d’une bouteille de gaz, et interdit d’en transporter une dans l’avion donc pas possible d’anticiper a en chercher une en Israel par exemple ; surtout que pour Israel, se trimballer avec une bouteille de gaz dans ses bagages revient a détenir l’arme atomique !
Au final, j’en ai acheté une petite pour 2 euros et finalement, elle ne convient pas avec mon embout a gaz…
J’ai couru partout jusqu’en fin d’apres-midi en cherchant une solution, et finalement, je finis bredouille.

Ma 2nde et derniere expédition pour la journée, c’est la recherche d’un livre sur les campings en Grece. Je passe a l’Office de Tourisme et je le trouve. Voila tout ce que j’ai pu faire aujourd’hui…

11 Aout 2011

Ici, on peut enfin trouver le café-croissant du matin a chaque coin de rue ; et meme plus qu’a chaque coin de rue, il y en a vraiment partout. Et le café est bon, ca fait plaisir.

D’abord, je dois passer a la gare centrale pour ma prochaine destination de demain.

L’apres-midi, c’est visite du vieux Athenes. Mais on commence par les batiments neufs faits avec du vieux :

La Bibliotheque Nationale
L'Academie des Arts

Passage obligé, je me dirige ensuite vers l’Acropole. Le Parthénon est incontournable, il est sa piece maitresse :

Mais en plein chantier de restauration au moment ou je le visite
Par contre, la vue est superbe. Au 1er plan, l'Odéon Hérode Atticus, toujours utilisé lors des festivals

Et au retour, au détour d’une rue, sur quoi est-ce que je tombe ? Un magasin de camping. Et ils vendent du gaz. Merci Athenes, j’ai désormais tout ce qu’il faut pour reprendre ma route « a l’ancienne ».

Je suis attendu en Slovénie tres prochainement.Vous serez tres bientot pourquoi. Je dois faire vite. Je pars demain pour le Nord. Le nord, le nord, toujours plus au Nord…

Des bises a tous. On se retrouve au sommet !

 

2 réflexions au sujet de « Retour sur le vieux continent »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *