1 an

13 Aout 2011 (suite et fin)

Je prends cette nuit le bus qui me fera passer la frontiere gréco-albanaise.

14 Aout 2011

Il est plus de minuit.
Nous arrivons au poste-frontiere ou, pour une fois, je n’ai pas a sortir du car meme si on se charge de me prendre mon passeport.
Pas de coup de tampon, une simple vérification et la frontiere est franchie.

Il est 7h du matin, j’arrive a Tirana, la capitale.

Je pensais que le terminal de bus serait couvert et disposerait de nombreuses infos, mais il n’y a aucune structure.
Le bus s’arrete dans une rue comme une autre…

Dans le mini-bus garé juste a cote du car, j’entends crier : « Shkoder ! Shkoder ! »
C’est une ville d’Albanie que j’ai retenu parmi celles que m’a indiqué le réceptionniste hier.
Je ne sais absolument pas a quoi elle ressemble, mais c’est au Nord du pays, alors allons-y.
Je serais resté a peine 15 min a Tirana.

Ca me permet de dormir 2h de plus dans ce mini-bus prévu pour une quinzaine de personnes.

Et rebelotte, une fois arrive a Shkoder, a peine reveillé, le chauffeur me dépose en plein milieu d’une rue. Il me dit : « Center », mais je ne sais vraiment pas ou aller.
J’interroge autour de moi pour savoir si il y aun camping pas loin. Il me semble qu’on est proche de la mer, mais comme pour le début de ce voyage, j’ai décidé de faire mon retour en Europe sans guide de voyage, simplement avec des cartes. Or, une carte d’Albanie, je n’en ai toujours pas…

Je voulais pour un temps enlever ma casquette de touriste, et reprendre celle de voyageur.
De toute maniere, l’Albanie n’est pas encore tres touristique pour le moment, meme si je vois beaucoup de plaque d’immatriculation italienne.

Shkoder n’est pas une ville trop vilaine. Tres peu de gens parlent l’anglais et en les interrogeant, j’apprends que la mer est a 18kms de la ville !
Ce sera pour une autre fois.
Il n’y a pas de camping, je dois trouver un hotel. Celui qu’on m’indique n’est pas cher.

Arrivé au guichet, j’entends la réceptionniste parler italien avec une dame. Je demande au passage :
– « On parle italien a Shkoder ? »
– « Tout le monde ! »

Mais il fallait le dire plus tot !!! Moi qui ne tentait que des approches en anglais dans la rue… Elle me dit que les touristes prennent essentiellement le bateau depuis l’Italie, toute proche ; et que la culture a Shkoder est encore plus italienne qu’a Tirana.

Baladons-nous.
L’Albanie est a plus de 50 pour cent musulmane, mais culturellement parlant, ca ne se voit pas du tout dans la rue.
En fait, c’est ce que m’avaient dit les autrichiens du camping d’hier : les albanais sont pratiquants a peu pres comme les francais le sont. En gros, ils ont des édifices religieux, mais n’y mettent pas souvent les pieds.
Dans la rue, c’est mini-jupe et tenue décontractée. Pas un voile, pas une tenue traditionnelle musulmane, absolument rien.

La mosquée du coin. Derriere, un monastere chrétien orthodoxe, la 2nde religion du pays
Le centre-ville de Shkoder

Je retire des lek, la monnaie albanaise meme si les euros sont utilises dans les zones « touristiques ». Mais comme je l’avais dit en Roumanie, mieux vaut payer avec la monnaie locale car ils ont tendance a voir a la hausse leur conversion en euros.

En faisant quelques courses, je me mets a parler italien avec les commercants.
Et voila l’effet boomerang : impossible de faire une phrase complete sans mettre un mot d’espagnol ! Autrefois, c’etait fluide et je l’avais deja remarqué quand je parlais italien avec Virginia, l’italienne que j’avais rencontré a Tel-Aviv.
Ca m’enerve…Pour l’anglais, pas de soucis, c’est une langue a part ; mais pour l’espagnol et l’italien, ce sont 2 langues trop similaires. Celle que j’ai appris sur le continent americain devient desormais un poids.
Impossible de les dissocier. La solution radicale, et, a vrai dire, la seule solution : oublier l’espagnol ! Se parler a soi-meme en italien. Se raconter tout et n’importe quoi jusqu’a ce que l’italien revienne, prenne le dessus, jusqu’a effacer le plus possible l’espagnol.
Quelle cruauté de ma part ! Mon pauvre espagnol, je t’enterre vivant…

15 Aout 2011

Je prends le bus jusqu’a la frontiere, et me voici en fin de matinée a Ulcinj, au Monténégro.
De la, je reprends un bus jusqu’a Budva. J’ai simplement vu de belles photos sur Internet, c’est la raison pour laquelle j’ai décidé de m’arreter ici pour 2 jours.
Je trouve le camping en plein milieu de la petite ville.

L’euro est utilisé de facto dans tout le pays meme si le Monténégro n’est pas dans la zone euro.
Des plages, des yachts et une vieille citadelle. Les alentours sont jolis, on est entouré par les montagnes.

16 Aout 2011

On crapahute un peu pour se rendre en haut d’un rocher.
Un endroit simple mais beau, la ou on peut voir loin.

Il n’y a pas de vent.
Et pour la 1ere fois depuis le 1er mois de mon voyage, je peux allumer une bougie sans qu’elle s’éteigne…puis 2, puis 3, puis 7 puis 8, puis 11 jusqu’a arriver a la 12eme, la derniere… la toute derniere. Aucune ne s’éteind alors qu’on est en bord de mer. Elles restent la, a se consumer lentement en attendant d’etre photographiées.

Ce voyage… tous ces pays traversés, parfois je n’ai pas l’impression que c’était moi, en tout cas pas le meme moi. A travailler en Australie, a marcher sur les trottoirs de Delhi, a enseigner l’anglais aux jeunes indonésiens, a traverser l’Amérique centrale a vélo…
Je sais pourquoi j’ai cette impression : on traverse tellement de cultures et de mentalités differentes que l’on doit s’adapter continuellement a ces nouvelles cultures. On a une vision différente des choses et donc un comportement qui change a l’intérieur meme du pays. Ce qui vient s’ajouter a cela, c’est le fait que je voyage seul, et donc en totale immersion.

Les bougies attendent encore. J’en profite un peu, c’est la derniere fois que je les allume…

Walk the line… Oui, comme le tube de Johnny Cash. C’est aussi ce que je me suis répété a moi-meme durant un an… Walk the line, ca peut se traduire par « garder le cap », « suivre le droit chemin », « conserver l’objectif »… et croyez-moi beaucoup d’idees vous traverse l’esprit… comme celui de changer de cap par exemple…

Les bougies attendent toujours. Et je suis assis sur un rocher, a coté d’elles.

Mon retour se fait de maniere progressive. Il n’y aura pas rupture radicale. J’avais prévu un nombre de jours conséquent en Europe pour justement me re-Européaniser. Ca n’a pas l’air, mais la culture méditéranéenne, sa végétation, son climat, me réhabitue petit a petit au vieux continent.
Le fait d’avoir traversé beaucoup de pays m’a peut-etre permis de ne pas m’attacher a un pays en particulier. Et ce sera, je pense, un bénéfice psychologique lorsque je serais rentré en France ; plutot que d’etre resté dans un seul et meme pays toute une année par exemple.
On percoit alors le monde plus comme une unité, quelquechose d’entier.
Pas d’attachement a un pays en particulier donc mais un attachement pour chacun d’entre eux…
Ce fut un voyage tellement important notamment par le nombre de pays traversés que lorsque je me dis : « je retournerais bien la-bas », au fond, j’aurais envie de retourner partout.
Alors, au final, et pour l’instant, c’est quelquechose de tellement gros, que je ne ressens ni tristesse ni tirailllement.
Il est important de garder les bons souvenirs, mais ne pas oublier non plus les mauvais, sinon notre image du pays est faussé, et on en fait quelquechose de trop idyllique. C’est la raison pour laquelle je me suis efforcé d’écrire sur ce blog au jour le jour sur les bonnes et mauvaises experiences de ce tour du monde.

En ce qui concerne le 2nd aspect de ce voyage, a savoir : en dehors de tout ca, et malgré le non-attachement a un pays en particulier, est-ce que ce type de voyage va me manquer ? Impossible de répondre a cette question avant d’etre rentré. Mais a mon avis, quand on a chopé le virus du voyage… Il y en aura d’autres des voyages. Pour moins d’un an tres certainement, différents de celui-ci, seul ou a plusieurs, mais d’autres voyages oui, c’est sur.

Bon, les bougies s’impatientent vraiment a présent. Ces bougies qui ont chacune un nom : Turquie, Népal, Indonésie, Western Autralia, Ayers Rock, Hollywood, Mexico, El Salvador, Colombie, Valparaiso, Le Cap et enfin aujourd-hui, Monténégro. Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, voici le moment tant attendu en ce 16 Aout 2011 :

1 an !

 

C’était mon 100eme article posté. Promis, je ne l’ai pas fait coincider avec l’anniversaire de mes 1 an de voyage ! C’est un pur hasard. Néanmoins, toute l’équipe de letourdalex et moi-meme (et surtout moi-meme ;-)) vous remercie de votre fidelité !

Des bises tous. On se retrouve au sommet !

 

12 réflexions au sujet de « 1 an »

  1. eh bien c’était émouvant ce petit discours!
    pour répondre à ton futur toi, comme tu l’as dit, une fois le virus du voyage attrapé… il ne part plus! C’est toi qui repars!!
    Je suis déjà en train d’organiser un prochain voyage!
    tu restes combien de temps encore en Europe avant de retourner en Auvergne?
    bisous

      1. eh bien j’hésite entre 2 semaines en Louisiane, 3 semaines ds les parcs de l’ouest américains, ou alors tout simplement visiter un peu l’Europe… il serait temps!! mais je confirme, le virus du voyage ne part pas!! je suis presque triste de retravailler tout ça…!
        tu te régales toujours autant?
        ça sera moins funky mais on visitera paris à ton retour! 🙂

  2. oui bien émouvant, mais quels magnifiques moments ces lectures de ce voyage extraordinaire et combien enrichissant pour toi mais pour moi aussi, j’ai voyagé un peu plus loin que le bout de mon nez grâce a toi , un tel plaisir de te lire…..et j’espère en lire encore un peu plus… ou en voir un peu plus
    a bientot, bizzzzz josiane

  3. Coucou, j’ai continué à te suivre depuis la Thailande, qui doit te sembler bien loin maintenant, Thailande dont je rentre tout juste, j’ai d’ailleurs fait la fameuse decente à VTT dont tu m’avais parlé à Chiang Mai, une sacrée aventure dont mes poignets se souviennent! Comme quoi comme tu dis, une fois le virus chopé, difficile de s’en défaire!! Profite pleinement de tes derniers instants…

    1. Merciiiiii Ambre, ca fait plaisir d’avoir de tes nouvelles. De retour en Thailande ? Bravo pour la mission VTT, ca m’avait brulé les pouces ! C’est vrai, ca me semble loin mais j’ai beaucoup de souvenirs en memoire. J’ai vu ton blog aussi et je t’ai beaucoup envie lorsque j’ai vu les poissons te bouffer la peau des pieds. Un décrassage naturel complet ! C’est exactement ce qu’il me faudrait en ce moment. Et un massage du dos aussi… Au fait, tu reprends des cours en Thailande ? Gros bisous

      1. Coucou, oui, j’y suis retournée pour ça, faire la formation au massage complet, un stage de 12 jours dans un village Lahu perdu au milieu des montagnes, génial!! J’ai mis les photos sur mon site si tu veux les voir: ambretuelin.book.fr, je sais plus si je te l’avais donné ou pas…Allez, profite à fond, ces dernières semaines de totale liberté… Bisous

  4. 1 tahun
    amazing trip!
    i tell to my family u in europe now….i try to translate u travel story by google for them.
    we always pray for u alex.. 🙂

    keep in touch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *