Cote Ouest

17 Fevrier 2011

L’anglais que j’avais rencontré a l’hostel il y a 4 jours a tenu parole. Il vient de louer un camping-car et nous nous appretons a quitter Los Angeles ce matin. C’est Ryan, un americain rencontré sur place qui  nous amene au supermarche pour quelques achats, puis jusqu’au concessionnaire en debut d’apres-midi.
Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le camping-car est massif. Vraiment imposant avec absolument tout le confort.

Mark vient de Birmingham. C’est un gars sympas et son accent n’est pas trop compliqué. Quand on a affronté l’accent australien, on peut tout entendre… On a quelques points en commun comme ceux d’avoir traverser la Thailande, la Malaisie et d’avoir travaillé en Working Holyday Visa en Australie. Il a une semaine d’avance par rapport a moi sur le sol americain, mais n’a connu que Los Angeles. Nous partons donc a la decouverte de la cote ouest et il m’avoue une chose ; la seule chose qui l’effraie pour ce voyage : rouler a droite. Je lui fais part de mes 1ers kilometres en voiture lorsque j’ai roulé en Angleterre, il y a quelques annees, et effectivement, c’etait pas forcement evident.

Nous quittons Los Angeles en direction du nord. Au depart, il faisait plutot beau, maintenant le temps se gate. Nous traversons quelques « hauts lieux » devenus mondialement celebres : Malibu et… Santa Barbara. Mais il faut bien se rendre a l’evidence qu’au mois de fevrier, c’est assez different de ce qu’on imagine.

On a pas roulé forcement beaucoup aujourd’hui, mais sortir de Los Angeles ne fut pas chose aisée, la nuit nous tombe dessus assez vite, et conduire sous la pluie dans un aussi gros vehicule ne rassure pas Mark. Et puis surtout, on a reussi a se perdre plusieurs fois… Mes 6 mois d’apprentissage de la patience et le flegme anglais nous font neamoins progresser dans la bonne humeur.

Arrivé aux alentours de Montana de Oro et apres avoir repris Mark sur les quelques fois ou il roulait a gauche, nous nous arretons definitivement dans une aire de repos, quelques centaines de miles au nord (oui, on compte en miles aux USA ; et les litres, c’est des gallons). C’est ici que nous passerons la nuit, fraiche…

18 Fevrier 2011

Oui, fraiche, tres fraiche la nuit. On a tout le confort, mais pas de chauffage durant la nuit.
Nous rallumons le moteur du camping-car au petit matin et il fait a nouveau chaud. Et admirez plutot l’engin :

Une bonne facon de voyager aux Etats-Unis

 

Pas de quoi se plaindre...

 

Nous reprenons la Route 1, celle qui longe le Pacifique :

"Le long des cotes Pacifique..."

 

Le site de Piedras Blancas est la demeure d'une importante colonie d'elephants de mer. On dirait pas, mais ils sont bien en vie

Collines verdoyantes viennent se jeter dans la mer : 

Vous n'imaginiez pas la Californie comme ca, pas vrai ? Et bien moi non plus

 

Nous arrivons dans la banlieue de San Francisco. Les bretelles d’autoroute a 6 voies s’entrecroisent parfois sur 3 niveaux. Ce qui n’empeche pas quelques ralentissements. Et il fait deja nuit et la pluie ne s’arrete pas :

Entree dans San Francisco...

Nous partons a nouveau a la recherche d’un coin tranquille pour garer le vehicule. A vrai dire, n’importe ou fera l’affaire.
Finalement, nous trouvons un simple emplacement dans les hauteurs de San Leandro, un des nombreux quartiers de San Francisco, loin des habitations.
Preparation du repas, film sur le PC portable : comme a la maison. Une vraie traversee « a l’americaine ».

19 Fevrier 2011

Nuit froide a nouveau, meme avec plusieurs epaisseurs de vetements. Qu’importe, on rebranche le moteur de « la bete » et c’est reparti. Direction le concessionnaire. Le voyage aura été de courte duree.
Mark a booké pour 2 nuits dans un hostel en plein coeur de la ville. N’ayant rien reservé, je decide de le suivre. Un taxi puis un train (les distances sont longues aussi a San Francisco), et nous voila dans le downtown (centre-ville).

Je pose mon sac dans la chambre puis je repars a pied : ne serait-ce que le trajet depuis la station de train jusqu’a l’hostel, j’ai vu vraiment de beaux batiments. Et je ne me trompe pas, le downtown est tout simplement magnifique. Des grandes places créees par le croisement diagonal (pour une fois) de certaines avenues ; des batiments d’ou ressortent les escaliers de secours exterieures ; et puis, c’est aussi ses nombreuses collines – ou circule notamment les fameux « cable cars » – qui fait le charme de cette ville :

Au centre, un des nombreux "cable car" qui fait, en partie, l'identite de San Francisco

 

On dirait pas, mais ca monte vraiment. C'est sur ce genre de cotes que sont generalement tournees les "scenes de poursuites" dans les series ou les films. Mais si, ca doit vous dire forcement quelque chose !

 

En montant l'une des nombreuses collines de la ville

 

Escaliers exterieures de secours. Ca fait son petit charme, surtout dans les grandes rues

Courants alternatifs
Depuis les annees 50, nombreuses évolutions ou « révolutions » ont contribuées a rendre San Francisco si « différente ».
La « Renaissance de San Francisco » a vu defilé bon nombres de poete avant-gardiste devenue plus tard ce qu’on appelera  la « Beat Generation » qui s’etendit a l’art, la culture, et qui finit par ebranler les grandes certitudes americaines ; d’ou decoula le « Summer of Love » (l’été de l’Amour) toujours a San Francisco, et la decouverte au public de la liberation sexuelle et de la contre-culture hippie. San Francisco a souvent été LE point de depart ; et encore aujourd’hui, elle reste la ville « Gay/Les/Bi/Trans » des Etats-Unis.

Je marche sous une pluie battante. Je prends quelques heures pour chercher une boutique pas chere et me racheter un blouson et des gants. C’est bon, je peux a nouveau affronter les intemperies.

Je tombe dans le quartier chinois, sur Grant Avenue :

Grand rassemblement aujourd'hui

Effectivement, l’une des plus grandes compagnies aeriennes des Etats-Unis organise aujourd’hui sa grande parade annuelle du Nouvel An chinois. Les stands s’etalent sur toute l’avenue et ce soir, c’est l’heure de la parade.

De l'autre coté de l'avenue, toujours le quartier chinois

Pendant plus d’une heure et demi, je patiente, debout, en attendant la parade. Et pendant tout ce temps, je « prends la temperature » de cette ville que je trouve vraiment superbe. Les gens que je croise, quelque soit leur origine, ont plutot le sourire aux levres, malgré la pluie. Mexicains, blancs, asiatiques, afros, tous viennent en famille, petits et grands, assister au depart de la parade. C’est veritablement dans cette ville que pour la 1ere fois, j’ai l’impression que les Etats-Unis, c’est toi, c’est moi, c’est tout le monde.
La parade commence. Les photos ne rendront pas grand chose. La video, oui.

Je retourne a l’hostel pour une douche régénératrice et pour vous ecrire mes premieres impressions sur San Francisco.
Et elles sont tres bonnes !

Des bises a tous. On se retrouve au sommet !

7 réflexions au sujet de « Cote Ouest »

    1. Yeah in America for few times. I’ve seen a lot of Asian, but never Indonesian in the streets. So, i can’t say « Salamat sore » for the moment 😉
      Thanks to follow me. Take care of you too.
      Bye

    1. Salut Julie, j’ai eu tes messages. Ca y est j’ai quitte San Francisco depuis ce matin. Pour Twin Peaks, on a pris le tram jusqu’a Castro et on a finit a pied. Ouai, les jours qui ont suivi etaient excellent niveau meteo. Et toi, c’est quoi la suite du programme ?
      Biz

      1. avant hier g fait golden gate park, alanmo square et une looooongue promenade de baker beach (a l ouest du pont) jusqu a la marina (a l ouest de fishermans wharf), ct assez magique!
        et hier je me suis promenee ds nob hill ct plutot sympa!
        aujourd hui il pleut alors je sais pas trop encore!
        vous avez pris un camping car ou une voiture alors? vous etes rendus ou la?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *