Finding New Year’s Day

25 Decembre 2010 (suite et fin)

Nous retournons chez Max, le couchsurfeur de Priscilla. Il nous amene au Crown, un complexe immense rassemblant boutiques, hotel de luxe, gaming zone et Casino !
Notre repas du 25 decembre se fait justement dans le Casino : machine a sous, table de poker, de black jack, roulette et tout le tralala qui fait rever…

26 Decembre 2010

Toujours a Melbourne, et journee entierement consacree a la recherche du meilleur moyen de partir pour Sydney, de dormir la-bas alors que tout est complet depuis des mois ; de trouver un moyen de quitter Sydney juste apres, et enfin, de trouver, eventuellement un job pour plus tard.
On passe l’apres-midi sur Internet, a chercher un lift (place dans une voiture ou un van pour un covoiturage), a trouver des couchsurfeurs prets a nous heberger, meme dans leur jardin, puisque j’ai toujours ma tente.

L’Australie est finalement nettement plus complique que l’Asie : les distances sont beaucoup plus longues entre elles et toutes les solutions dites « normales » telles que le bus ou le train sont tres cheres. Pour ca, l’Asie permettait quelques detours et meme quelques erreurs de parcours… En Australie, mieux vaut etre sur de son objectif si on veut garder son portefeuille en bonne sante !

Je voulais longer la cote et en meme temps aller dans le coeur du pays, la ou rien ne ressemble aux villes proches de la mer. Et des milliers de kilometres les separent entre elles…

Bon, concentrons-nous sur les objectifs a court terme.

27 Decembre 2010

La matinee semble plus prometteuse que ces 24 dernieres heures.
La reponse vient de tomber : 3 polonais peuvent venir nous chercher a Melbourne. Eux aussi, vont a Sydney pour le Nouvel An.
Je dois prolonger mon sejour au backpacker d’une nuit car nous partons seulement le 29 au matin. Pour ce qui est de dormir a Sydney, on attend toujours les reponses ; mais le but principal est d’y etre pour le 31. On verra les autres details plus tard.
Pour le moment, il n’y a plus qu’a attendre.

Pour l’apres-midi, on se change les idees en louant un velo, direction la plage.

Melbourne, en direction de la plage

Aujourd’hui d’ailleurs, c’est bien moins l’Australie caniculaire que la Normandie. Le temps est mauvais. Melbourne est connu pour etre la ville « des 4 saisons en une seule journee ». Et c’est vrai ! Il y a beaucoup de vent. Il fait a peine plus de 10 degres.
Nous retournons au backpacker. Pas de nouvelles et pas de confirmation pour les polonais.
On passe la soiree chez Max avec son cousin anglais.
Max a beaucoup voyage en Europe de l’Est dont une annee en Allemagne.
Son cousin est un ancien militaire de l’armee britannique, envoye en Bosnie il y a quelques annees. Une autre facon de voyager…
Il tient a rester toute sa vie en Australie car il n’y a pas de travail pour lui en Angleterre.

Pour ca, l’Australie est vraiment la terre promise, pour un bon nombre de jeunes ; et de moins jeunes d’ailleurs. C’est ici qu’on peut veritablement changer de vie. La situation est propice pour travailler, quelque soit le secteur ; avantageux si l’on veut monter sa propre affaire.
Et le cadre de vie est parfait pour les familles avec enfants.
Pour ma part, je trouve les villes du bord de mer presque trop parfaites : pour rejoindre un monument, tout est guidé, des chemins de bois sont construits, chaque parcours est fleché.
L’aventure ne se trouve pas dans les grandes villes, et pourtant la ville est jolie. Jugez plutot :

Melbourne de jour, j’en avais pas encore pris une

Le pays est trop jeune. Ce n’est pas reprochable, mais l’identite de la nation est incertaine et les batiments sont parfois construits en « faux vieux » tels que les batiments administratifs, les colleges, les universites…
A certains endroits, ca ressemble vraiment a Disneyland.

Ceux qui partent d’Europe pour l’Australie voient quelque chose de grandiose. Mon detour en Asie, meme si ca a ete difficile parfois, m’a definitivement fait comprendre que les vieux pays avaient quelque chose de plus a apporter. Les australiens sont vraiment sympas ou que tu ailles, mais ca manque d’histoire au bord des cotes.
Ca y est, j’ai trouve : ca manque d’ame !
J’espere trouver un peu plus d’aventure et d’authenticite dans l’arriere-pays.

28 Decembre 2010

Et finalement, cet apres-midi, au detour d’une rue, on tombe sur le quartier populaire de Melbourne. Aaaah enfin ! J’avais parlé trop vite. Fitzroy, la banlieue, abrite de nombreux petits commerces, aucun building, des bars-cafes, une circulation moins dense et des rues plus etroites. L’ambiance est beaucoup plus tranquille. Sans les quelques batiments construits typiquement dans le style victorien, Fitzroy pourrait ressembler a une petite rue du XVe a Paris.

Fitzroy, la banlieue de Melbourne

N’empeche, si on est en train de chercher un peu de France en Australie, c’est bien qu’il y a un probleme quelque part, non ? J’en avais jamais ressenti le besoin dans les pays precedents…
On passe la soiree dans Chinatown, un autre coin sympas de Melbourne.

29 Decembre 2010

Le matin, je booke mon vol pour… vous le saurez bien assez tot !
J’ai a nouveau toutes mes affaires sur le dos. Tant mieux, je n’en pouvais plus de ce backpacker. Trop bruyant. Trop l’usine.
On tente le coup d’aller au musee l’apres-midi. Et finalement, on y reste qu’une heure car les australiens ferment tot. Certes, ils travaillent consciencieusement, mais pas franchement longtemps.

Il est 21h45, les polonais l’ont dit, les polonais l’ont fait !
Ils arrivent dans une superbe Skoda, la derniere voiture en location de Melbourne, nous disent-ils. Olga, la fille, et Swawek et Michaw, 2 amis de longues dates.
Pour notre 1ere nuit, nous partons en direction de l’Est. On deploie les tentes dans un terrain vague, quelque part ; je sais pas vraiment ou. A l’Est, toujours plus a l’Est en tout cas…

30 Decembre 2010

C’est bon, on est reparti. Hier, nous n’avions fait que quelques kilometres. Suffisamment pour quitter la ville de Melbourne. Et ca fait plaisir de savoir qu’on se rapproche de plus en plus de Sydney. Et oui, le reveillon approche a grand pas et nous n’etions pas convaincu qu’ils arriveraient et qui plus est, dans une voiture aussi flambant neuve.

Nous traversons les Snowy Mountains en debut d’apres-midi.

Une partie des Snowy Mountains. Comme son nom l’indique, ca rend mieux sous la neige

J’en profite pour prendre une petite photo de la voiture :

Swawek et Michaw

On roule beaucoup mais la bagnole est vraiment confortable, meme quand on est 5 a l’interieur.
Le soleil se couche. Nous decidons de faire une halte a Canberra.

En se perdant autour de Canberra

Les environs sont charmants mais la ville en elle-meme est totalement ininterressante.

 

Canberra

Un bout d’histoire sur Canberra
Lors de la creation du Commonwealth d’Australie au tout debut du XXeme siecle, la rivalite entre Sydney et Melbourne imposa la solution de creer une capitale sur un territoire neutre, sortie du bush, a mi-distance entre les 2 villes. La Nouvelle-Galles du Sud ceda plus de 2000 km carrees pour creer Canberra, un nom aborigene signifiant « lieu de reunion ».

Notre seul « lieu de reunion » a Canberra aura ete le Mac Donald, la seule chose d’ouverte a cette heure tardive.

Nous reprenons la route ; et a peine 5 minutes apres etre sorti de la ville, Michaw, on ne sait comment, se prend les 2 roues gauches sur le trottoir d’un rond-point. PAN ! PAN !
Les 2 roues sont eclatees.
Il n’avait bu que du cafe, parole ! Mais ca nous a tous sauté aux yeux ce trottoir qui arrivait a pleine vitesse… sauf a lui !
Comment a-t-il fait pour se le prendre ?

Bon, en France, on se mettrait dans tout nos etats. Ici, pas d’affolement. Ca nous fait plutot marrer.
« Don’t worry, be happy » , nous repete-t-il.
On est a 3kms de Canberra, eton a tout ce qu’il faut pour dormir, une station essence ouverte a 2 pas et des telephones qui peuvent emettre. On est loin du scenario catastrophe.

N’empeche que les roues sont a plat !

Contre toutes attentes, c’est la compagnie d’assurance qui joue sur nos nerfs. Olga et Swawek repartent avec la depanneuse en direction du concessionnaire le plus proche. On reste au bord de la route, en compagnie de Michaw, qui finit par s’excuser. On ne lui en veut pas.
L’aventure, c’est l’aventure !
Il fait bon et heureusement, il ne pleut pas. On est confiant pour le moment.

C’est a leur retour qu’on apprend la nouvelle : pas de vehicules de remplacement, les closes du contrat le stipule.

31 Decembre 2010

Il est minuit passé et pas le choix, on prend un petit bout d’herbe, derriere un quartier commercial pour y lancer les tentes. On reflechira a une solution apres une nuit de sommeil.

Courte la nuit de sommeil… on se reveil vers 7h30.
Bon, quelles sont les solutions pour rejoindre Sydney quand on est a pied et proche d’une station essence ? L’autostop ? D’apres mon experience, les habitacles des camions ne peuvent generalement accueillir qu’une seule personne avec sac a dos. Et nous, on est 2. Les polonais partent de leur cote. C’est effectivement preferable qu’on se separe. Michaw s’excuse une derniere fois. On lui repond : « Don’t worry, be happy ! »

Sydney est a 300kms et Sydney se merite. On va bien finir par trouver la solution.

Nous partons finalement a pied en direction de la station essence, ou nous rencontrons un automobiliste en 4X4. Il se dirige vers l’Est, mais seulement a quelques kilometres. Ils preconise pour notre cas particulier de prendre le bus jusqu’a Sydney depuis la station centrale de Canberra. Reste a savoir si les bus sont complets eux aussi…
Il se propose de nous y emmener. Priscilla et moi acceptons. Je refile le tuyau aux polonais avant de partir : se trouver un automobiliste qui les conduiront a la station des bus de Canberra, et tenter sa chance.

Arrive le moment crucial : reste-t-il des places dans le bus ?

La guichetiere nous repond : « You are lucky! »
Et effectivement, il ne restait que 3 ou 4 places et le bus part dans 10 minutes.
Le miracle du 31 ! Canberra nous aura offert beaucoup plus qu’on l’esperait. Le trajet coute naturellement beaucoup moins cher qu’en partance de Melbourne. Et c’est tant mieux.

Il est 12h45, grand soleil, 32 degres et ca y est, je peux le dire : j’ai enfin traversé l’Australie d’Ouest en Est !

Tenter de frapper a la porte de chaque backpacker pour un dortoir serait vain. On entre neanmoins dans l’un d’entre eux pour y prendre discretement une douche. C’est pour le bien commun !
Mais le gros probleme reste le sac a dos qui pese lourd sur les epaules dans une ville aussi grande. Il m’est impossible de le laisser en consigne puisque ca nous oblige a y retourner le soir-meme ou le lendemain, mais trop tard pour mon prochain vol.
On les garde, et on prend le bus gratuit, direction la bais de Sydney.

Une foule est attendue pour le feu d’artifice.
Sydney est nettement plus imposante que Melbourne.
La ville est tres cosmopolite. Il y a toutes les nationalites. Les gens s’installent deja le long de la berge, assis sur des transats a l’ombre de leurs parasols ou carrement installés comme pour un bivouac. Et il n’est que 16h…
On decide finalement de faire la meme chose. Mieux vaut anticiper l’arrivee de la foule de minuit. On cree notre zone vitale autour de nos sacs a dos puis on attend… tres longtemps…
J’en profite quand meme pour m’eclipser quelques minutes pour trouver un bon angle de vue pour :

Le Pont du port de Sydney

Et de l’autre cote de la berge, l’incontournable :

Opera de Sydney

La nuit tombe doucement et les degres aussi. Les gens sont plutot calme. Forcement, les fouilles sont systematique et l’alcool prohibe sur une bonne partie de la baie.

Je recois un appel. C’est Steffen qui nous rejoint. Il nous trouve et on passe un moment avec lui avant de le perdre definitivement dans la foule. Ca m’a bien fait plaisir de le revoir.
Quelques mini-feu d’artifice eclatent de temps en temps pour mettre en bouche. L’attente devient tres longue. On a eu le temps de dormir a-meme le sol l’apres-midi mais la vue est bonne, a 2 ou 3 palmiers pres.

Il est un peu plus de 23h. La police a bloque depuis longtemps notre cote de la baie ; ce qui a pour avantage de ne pas se sentir etouffe. On a bien fait d’arriver tot.
Il fait doux maintenant, les lumieres de la ville et les bateaux enguirlandes se refletent sur l’eau.
Je me rememore l’annee ecoulee ; dont une bonne partie passee sur les routes du globe jusqu’a ce soir, ici, a Sydney. La encore, c’est exactement l’endroit ou je revais d’etre pour le reveillon avant meme de partir pour un tour du monde.
Et dire que tot ce matin, on faisait coucou a notre voiture de location, embarquee dans une depanneuse a l’Est de Canberra, sans avoir de solution de secours…

On attend le decompte qui apparait soudain sur l’ecran geant du pont.

10…
9…
8…
7…
6…
5…
4…
3…
2…
1…

1er Janvier 2011

BONNE ANNEE !!!

Le feu d’artifice est magnifique, grandiose !!! Ou plutot, les feux d’artifice. Ils eclatent en meme temps au-dessus des buildings, du pont et au-dessus de l’eau. C’est superbe.

Je vous souhaite a tous une tres bonne annee 2011.
Un gros bisous a toute ma famille, a mes amis, a ceux que j’ai rencontré au cours de mon voyage, qui m’ont aidé, quelque soit la maniere, a progresser dans mon aventure ; et a tout ceux qui m’ont rencontré rien qu’en surfant sur Internet.
Merci de me lire et merci a tous pour vos commentaires.
Et permettez-moi ce jeu de mot, j’espere que ce tour complaît !

On continue l’aventure. La meme chose, mais maintenant, en 2011.
Je vous embrasse tres fort.

Je referme par la meme occasion ce 1er chapitre sur l’Australie. Le second sera quelque peu… different.
Apres une nuit passee dans un espace vert, non loin du bord de l’eau, je dis au revoir a Priscilla dont qui a partage ma route depuis Adelaide ; j’envois un petit texto de bonne annee a Steffen, qui a fait l’effort de nous rejoindre ; ainsi qu’un message aux polonais, pour savoir si ils ont reussi a atteindre Sydney a temps, comme nous. A l’heure ou je vous ecris, ils n’ont toujours pas repondu…

Je me dirige vers l’aeroport de Sydney. Je voudrais allier la decouverte d’une terre lointaine et l’obtention d’un job dans ces contrees.
Mon choix s’etait arrete depuis longtemps sur cette ville, perdue au milieu de rien. Et autour de cette ville, un immense territoire qu’on appelle l’outback.

Il est plus de 10h du matin. En ce 1er jour de l’annee 2011.
Je pars pour Alice Springs.

Je vous laisse vous remettre du reveillon, et on attaque ensemble ce second chapitre australien.

Tres bonne annee 2011.
Des bises a tous. On se retrouve au sommet !

6 réflexions au sujet de « Finding New Year’s Day »

  1. Je te souhaite une merveilleuse année 2011, que l’aventure continue et soit toujours plus belle et enrichissante !
    Pour nous l’année sera belle car nous allons te revoir dans quelques mois !
    J’ai vu ce matin des images des festivités du Nouvel An à Sidney, c’était grandiose, tu as bien mérité de les vivre.
    Je t’embrasse
    prends soin de toi mon frérot.

  2. Bonsoir
    Bonne et heureuse année 2011
    Bonne route!!
    Nous ne nous connaisons pas directement mais je suis un ami Joel et nous suivons avec assiduité ton aventure
    Nous partageons avec curiosité et intérèt ton chemin
    Merci de nous permettre de voyager par procuration.
    A la prochaine!!!
    Salut de notre totem Puy de dome(légèrement blanchi ce matin…)
    Jean-Paul et Babeth MIALOU

  3. Alex
    Toute la famille Meneyrol te souhaite une très bonne année 2011, avec de belles rencontres très enrichissantes….
    Bravo encore pour ce merveilleux tour du monde…
    En ce dimanche 2 Janvier, il neige à Pérignat…
    Gros bisous
    Thierry, Nathalie,Antoine et Margaux

  4. Toujours de plus en plus de plaisir à suivre votre aventure.
    Merci pour vos voeux de bonne année 2011 en direct de Sydney et pour vous Alex bonheur et amour pour cette année 2011.
    Bonne route – on attend la suite.
    « les Daniels » club de la passerelle.

  5. Bonne et heureuse année Alex, nous suivons avec beaucoup de plaisir ce tour du monde qui de par tes commentaires de qualité nous passionne.

    Prends soin de toi et fait nous voyager encore.

    Martine et Gilles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *