This is India

28 Septembre 2010

Jaipur, Jodhpur et maintenant Udaipur (la quete du « pur », vous saisissez ?). Contrairement au reste, le sud du Rajasthan est tres valonne. Le bus peine a monter. A certains endroits, on pourrait aller plus vite a pied.

Traduction de gestuelle (edition indienne)
Lorsqu’un indien tourne la tete de droite a gauche comme pour dire « non », et bien , ca veut dire « oui ». Mais l’inverse ne marche pas…
C’est bon a savoir.

J’ai pris une « guesthouse » a 8km au sud d’Udaipur. Le gerant vient me chercher a la station de bus… en moto. Comme « a l’indienne », on evite les rickshaws, les voitures, les chiens errants, les vaches…

C’est une bande de jeunes qui tiennent les renes de cet « hotel de campagne ». Je dis « renes » pour les 19 chevaux qui leur appartiennent ; mais aussi chiens, autruches, perroquets, poules, coq et quelques grenouilles qui s’invitent dans les chambres.

Pratap Country Inn
Hotel de campagne peinard

Il me propose un « night camp » au bord d’un lac pour rencontrer les autres residents, apprecier le coucher de soleil et manger de la bonne cuisine indienne. Arrive au Lac du Lotus, je rencontre une anglaise et un couple de francais. Celine, la francaise tient une boutique d’importation sur le theme de l’Inde. Je trouve son concept sympa : elle se rend assez souvent dans ce pays pour ramener des vetements, des objets en tout genre, des idees pour cuisiner et servir a l’interieur meme de sa boutique, situee dans un petit village en Gironde.

Lotus Lake

On passe la soiree au bord du lac. Les indiens boivent quelques verres d’alcool. Parmi eux, un musulman, qui essaye vainement de se justifier sur sa consommation quotidienne. On mange tres bien et a la belle etoile. Soudain, on entend une enorme explosion. C’est la carriere de marbre situee a quelques kilometres. On l’extrait a la dynamite. Il faut le savoir…

Les indiens ne tiennent pas du tout a l’alcool, et commencent a nous donner 2 ou 3 lecons de vie qu’ils sont loin de respecter eux-memes. Ca en devient lourd. Ils parlent de leur dieu. Il en existe environ 300000 dans la religion hindouiste et chacun en a un qu’il venere particulierement. Mais ils en parlent longtemps, tres longtemps… Heureusement que les francais etaient la, on a pu poser une barriere linguistique.

Avant de partir, ils laissent beaucoup de detritus sur place. C’est vraiment choquant pour un aussi bel endroit. Encore une fois, c’est un probleme d’education (dans les gares ou dans la rue, quand tu prends la peine de te deplacer quelques metres pour mettre un papier dans une poubelle, ils te regardent bizarrement).

Pour legitimer ce comportement, leur maniere de vivre et, d’une maniere generale, la situation de leur pays, ils sortent souvent cette phrase : « This is India ».

Le gerant nous ramene la nuit en Jeep. Il n’est pas tres frais et ses phares ne fonctionnent plus. On donne une lampe a l’un de ses collegues qui se met assis sur le nez de la voiture pour eclairer le chemin ; tandis que les 2 autres associes tiennent les chaises et les tables vite repliees a l’arriere du vehicule. Tout est bancal, on passe par des sentiers escarpes, ronges par les mois de mousson ; et nous, touristes, on est au milieu a en rire tout en se posant quelques questions sur l’issue du trajet.

L’un d’eux se retourne, nous sourit (avec toute la fraicheur qu’on peut avoir apres avoir vide une bouteille de whiskey), et nous repete ces quelques mots simplistes et teintes de fatalisme : « This is India ».

29 Septembre 2010

Balade a cheval de quelques heures. Rien de mieux pour apprecier tranquillement le paysage.

Vous les femmes
Si les signes tactiles d’amitie entre hommes sont frequents (comme en Turquie), les couples indiens ne s’autorisent aucune marque d’affection en public. On le voit dans l’extreme pudeur du cinema bollywoodien. Ici, entre hommes et femmes, s’embrasser ou se tenir par la main en pleine rue ne se fait pas, c’est comme ca.
En resume, dans la rue, les couples ne se touchent pas (quelle frustration !) et les hommes se tiennent la main entre eux.

C’est definitif, je ne vivrais jamais en Inde.

Ceci n’est que la partie emergee des profondes traditions encore bien ancrees aujourd’hui en Inde.
La partie immergee se situe dans la religion et inevitablement, dans les moeurs indiennes : une femme n’a reellement d’existence qu’au travers du pere et du mari.
Il y a de grandes differences entre la ville et la campagne, mais quelque soit l’endroit, l’epouse n’a generalement pas le droit a la parole (il est d’ailleurs conseille pour les occidentaux de ne pas trop leur parler). Lorsque l’epouse devient veuve, c’est comme si elle n’existait plus : elle est censee porter malheur a l’eventuel pretendant.
De ce fait, elle est souvent rejetee par la famille et la societe ; on la retrouve souvent dehors placee au meme rang que les vieillards et les infirmes qui bordent les trottoirs.
Humiliation, mauvais traitements, avortements (il manquerait 60 millions de femmes en Inde), elle ne sont qu’un tiers a frequenter l’ecole (la moitie par rapport aux hommes).

Comme il ne faut jamais mettre tous les oeufs dans le meme panier, les mauvais chiffres varient selon les regions (agricoles ou plus developpees). Pour le coup, c’est le Rajasthan qui figure en tete sur la liste noire. Dans le Kerala, tout au sud de l’Inde, tres peu de discrimination entre hommes et femmes.
Mais partout en Inde, la classe moyenne echappe peu a peu a ces sombres coutumes. De plus en plus autonomes et entreprenantes, on les retrouve dans les associations militantes, les ONG autant que dans le monde des affaires.

Ca avance, ca prend son temps, mais ca avance…

Je quitte le Rajasthan en fin d’apres-midi pour me diriger vers l’Est.

30 Septembre 2010

Longue route de nuit (et de jour) qui me conduit « presque » jusqu’a Kajuraho, dans la vallee du Gange.
C’est l’histoire de 2 mexicains, un tcheque, un australien et un francais (moi) qui tombent en plein conflit religieux suite a de recentes tensions entre hindous et musulmans. Tous se retrouvent a la ramasse parce que le transfert entre 2 bus est impossible : la police a interdit le passage des cars jusqu’a notre destination. Le groupe « esperanto » prennent la decision de monter a 6 dans un taxi pour rejoindre Kajuraho.

Nous arrivons tres tard dans la nuit. Je viens de passer plus de 24h dans les transports !
Les conflits attendront, je m’en preoccuperais apres avoir dormi…

1er Octobre 2010

J’apprends a l’instant que la situation s’est calmee. Ca arrive souvent. This is India !
Je passe la matinee a visiter quelques temples en rickshaw, le matin, a l ‘est et au sud de la ville.

 

caste inde

Les castes
Contrairement a notre systeme social basee sur l’egalite, l’hindouisme est fondee sur une societe inegalitaire.
Il existe principalement 4 castes, qui representent un peu plus de 60 pour cent de la population. Ces castes se livrent a des activites dites « purs » qui les feront acceder plus facilement vers la « moksha » (la fin du cycle de reincarnation).
Ceux qu’on appelle les intouchables ou « parias » , qui representent 20 pour cent de la population, se livrent genenalement a des taches (nettoyage des ordures, vidangeur, mendiant, chasseurs, pecheurs, etc.) qui les rendent encore plus impurs et sont donc, voues eternellement a changer de corps. Il n’appartiennent a aucune caste, et on ne sait pas franchement d’ou ils viennent et pourquoi ils le sont devenus. Le reste de la population, exclus de ces castes, sont les non-hindous.
Ce systeme, malgre son abolition il y’a pres de 60 ans, reste toujours ancre chez les hindous, et souvent tres respectes dans beaucoup de villages. Il a pour avantage d’encourager l’entraide et la solidarite entre les castes. Pourtant, meme si une personne appartient a une tres haute caste, elle peut rester pauvre toute sa vie ; de meme qu’un intouchable peut s’enrichir a la tete d’une manufacture.
Malgre tout, les prejuges persistent et on continue a attribuer des quotas d’intouchables dans les postes administratifs ou les usines.
On ne se separe pas en 50 ans d’un systeme vieux de plusieurs millenaires…

 

autre religion inde

Les autres religions
L’hindouisme est la religion de la majorite des indiens (environ 900 millions). Vient ensuite l’islam, avec 100 millions de pratiquants, les chretiens (25 millions), les sikhs (20 millions, on en a parle) et le reste etant partages entre bouddhistes, juifs, parsis (adorateurs du soleil) et jainistes.
Les jainistes sont non-violents et adherent a 5 regles majeures notamment ne pas tuer, ne pas voler et se detacher des biens materiels.
Souvent, on le voit dans la rue, les jains portent un foulard devant la bouche pour eviter d’avaler une bestiole (respect scrupuleux de la 1ere regle). Ils n’utilisent d’ailleurs jamais les moyens de transports ; et oui, les vehicules roulent sur les bebetes…

Les temples jains et hindous que j’ai visite ce matin ont l’avantage d’etre situe en pleine nature. Kajuraho est une ville tranquille et on a perdu l’habitude d’etre en centre-ville tout en restant a 2 pas de la campagne.
Je profite de l’apres-midi pour regler certains details concernant la suite de mon voyage, manger quelques plats epices, comme d’habitude (ils lancent les epices par poignees – quand je veux un plat sans epice, j’ai l’impression de leur demander de se couper une jambe – dans tous les cas, meme sans epice, il y’en aura toujours un peu – ils peuvent pas s’empecher) et pour vous ecrire ces quelques lignes.

Ce soir, spectacle de sons et lumieres sur les temples situes a l’ouest de la ville (les plus interessants parait-il, et cela sont payants). Je m’octroie ce petit plaisir parce que la reserve naturelle, a 30kms de Kajuraho, est fermee. J’ai meme pas droit a un petit tour a dos d’elephant…
Peut-etre enThailande.

Des bises a tous. On se retrouve au sommet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *