2 – Remplir son sac

En fin d’article, vous trouverez cette liste imprimable, en version courte.

Pour un tour du monde, il vous faut un bon équipement d’expédition !
Et devinez ce qu’il vous faut en tout premier :

Sac à dosUn sac à dos. Pour un sac, on ne compte pas en centimètre mais en litre. Et pour un long voyage, c’est entre 60 et 80L. Prenez un sac avec « dos réglable » ; plusieurs poches ; équipé d’un protège sac contre la pluie et la poussière ; des lanières confortables ; des bretelles reliées aux lanières afin de tirer dessus durant la marche et d’alléger le poids du sac ; une sangle au niveau du bassin et une autre, plus petite, au niveau du buste, qui vous permettront une meilleure adhésion du sac au corps, et donc moins de flottement durant l’effort.

– Comme accessoire, une housse de sac à dos (pour les voyages en soute). Vous n’aurez plus qu’à mettre un petit cadenas autour des 2 zips de la housse. Ça prévient des vols dans le coffre des autobus ou des pillages de la part du personnel de certains aéroports.

– Une chaîne métallique (lorsque le sac à dos dort près de vous) que vous enroulerez autour du sac, puis autour d’une barre solide du véhicule de transport, le tout scellé par ce même cadenas. Cadenas à clé, c’est bien, mais NE LA PERDEZ PAS ! Cadenas à code, c’est bien aussi, MAIS NE L’OUBLIEZ PAS !
Grâce à ce système, vous dormirez plus sereinement. Ce cadenas vous sera également utile pour verrouiller votre casier dans une auberge de jeunesse, et pouvoir partir tranquillement en excursion, équipé du strict minimum.

Petit sac à dos. C’est tout bête, on y pense rarement au départ, mais on se rend vite compte que ça manque. On croit qu’en tour du monde, on est toujours sur les routes, et non ! Pas tout le temps !
Vous vous arrêtez dans une auberge de jeunesse ou chez l’habitant avec votre gros sac à dos d’une vingtaine de kilo. Vous souhaitez partir en excursion pour la journée en ville ou dans la nature depuis votre base. Il vous faut de l’eau, un sandwich, de la crème solaire, des lunettes de soleil, une casquette, etc… Soit vous décidez de vider intégralement votre gros sac à dos pour le remplir de ces choses essentielles (pas franchement pratique), soit vous optez pour le sac plastique.
Néanmoins, même le sac est muni d’une poignée, je vous assure qu’au fil des heures, on aurait envie de lui mettre 2 lanières pour l’avoir sur le dos, histoire d’avoir les 2 mains libres pour les mettre dans les poches, prendre des photos, récupérer sa monnaie tout en tenant le produit… Et c’est encore pire en randonnée, lorsque vous avez vraiment besoin de vos 2 mains pour grimper.
Il existe des sacs à dos en toile, ultras légers, que l’on peut compresser jusqu’à ce qu’ils tiennent fermés dans la paume de la main. N’hésitez pas, c’est un de ceux-là qu’il vous faut.

Lunette de soleil avec étui rigide.

Montre à affichage numérique. Prenez le 1er prix, avec beaucoup de plastique ! Votre montre ne doit pas susciter la convoitise. La mienne, c’était un cadeau des 3 Suisses, donc pas besoin d’avoir plus de fonctionnalités que l’affichage de l’heure, de la date, une fonction « alarme » et éventuellement un chronomètre.

Casquette ou chapeau. Ne prenez pas la dernière casquette à la mode. De toute façon, il ne lui faudra pas plus d’un mois pour qu’elle finisse décolorée par vos multiples suées !
Le mieux, ça reste le chapeau de toile à sangle réglable. Si vous le quittez, au lieu de le fourrer dans une poche, vous pouvez le laisser tomber sur la nuque ; en toile, il ne prend pas de place une fois plié et rangé définitivement dans le sac à dos; et lorsque vous êtes à vélo dans une descente, la sangle réglable maintient le chapeau sur votre crâne, même lancé à pleine vitesse, les jambes déployées, la tête dans les nuages.

Trousse de toilette. Et on n’oublie pas le coupe-ongle (vous partez pour plusieurs mois !).

Trousse de secours  : crème solaire, stick pour lèvres, spray et crème anti-moustique INSECT ECRAN, biafine, paquet de mouchoir, paracétamol, eau oxygénée en spray, compresses, pansements, rouleau de scotch, test-fièvre, malarone (traîtement préventif contre la malaria), crème antibiotique (pour les infections au pied notamment), gel apaisant et baume du tigre (pour les douleurs musculo-squelettiques).

La trousse intelligente : Une trousse d’école ou une petite poche accessible de votre sac à dos (par exemple la poche au niveau de la ceinture du sac à dos) puisque c’est là où vous rangerez vos accessoires, soit parce qu’ils vous seront utiles au quotidien, soit parce qu’ils sont petits et donc potentiellement perdables : couteau, ficelle, gel hydro alcoolique, papier, stylo, briquet, petit cadenas, boussole, lampe frontale.

Gourde. Vous avez le choix entre prendre une gourde basique ou bien la poche à eau placée dans le sac à dos et reliée à une valve. Pratique pour la randonnée, beaucoup moins pour une visite en ville.
Pour la gourde, optez pour celle qui s’attache à votre ceinture. Ce n’est pas trop encombrant.
Je conseille tout de même de prendre une poche, ne serais-ce que pour avoir de l’eau en réserve. Pour le camping sauvage, 2 litres d’eau supplémentaires, ce n’est pas négligeable. Surtout lorsque vous devrez cuisiner, faire un peu de vaisselle, le café du lendemain matin, re-vaisselle, brossage des dents… sans compter le plus important : s’hydrater avant de trouver un nouveau point d’eau. Si vous ne l’utilisez qu’occasionnellement, vous pourrez toujours la ranger facilement dans le sac à dos, une fois vidée.

Pastille de purification type Micropur ou Hydroclonazone. Utilisez ces pastilles antiseptiques essentiellement pour purifier l’eau claire, généralement celle du robinet. Abandonnez toute autre tentative de purification, comme s’attaquer à l’eau stagnante d’un marécage ou à celle du Gange !

– Dans vos poches  : Un 2ème stylo, un carnet de note et un faux portefeuille. Le principe du faux portefeuille est simple : remplissez-le de cartes professionnelles (auberge de jeunesse, taxi…), de cartes de fidélité, de ticket de caisse, de train ou d’avion et d’un petit billet. Si on vous le vole discrètement, à l’arraché ou par la force (ce qu’on espère pas), vous perdez un peu d’argent mais vous avez sauvé votre passeport, votre carte d’identité, votre carte de crédit, bref, votre voyage ! Tout cela sera resté bien au chaud autour de votre coup, ou à l’hostel dans un casier fermé si vous êtes en excursion. Pourquoi faut-il toutefois un peu d’argent dans ce portefeuille? Parce que si l’agresseur armé vérifie le contenu de votre faux portefeuille, il y a des chances que, dans l’action, il se contente de ce maigre butin pour décamper au lieu de vous demander où vous cachez tous vos billets. Car un touriste sans argent, c’est louche !
Par contre, si il vous demande en plus votre passeport et votre carte de crédit, ne jouez pas les héros…
Bon… on est d’accord, le mieux, c’est pas d’agression du tout !

Portefeuille. Le vrai ! Là où vous mettrez le passeport, la carte de crédit, la carte d’assurance, le certificat de vaccination, la carte d’identité et le reste de votre argent.
Le mieux, c’est de le prendre à lanière pour le mettre autour du cou, sous le t-shirt, pour prévenir des vols commis par les pickpockets.  Si vous n’aimez pas tellement les colliers, il y a aussi  les ceinture-banane cache-billets. Tous vos effets personnels seront cachés sous votre pantalon, au niveau de la ceinture. C’est encore plus discret qu’autour du cou, mais beaucoup moins accessible et ça pourrait paraître un peu indécent en public lorsque vous devrez mettre la main dans le pantalon pour payer la commerçante…

Café soluble, sachet de thé et quelques cubes de sucre (pour vous et votre hospitalité légendaire à l’occasion d’un covoiturage en van, d’une rencontre en camping ou en auberge de jeunesse…).

Serviette de toilette/plage (ça fera les deux) en peau de chamois. Elle sèche très rapidement, donc vous n’avez pas à attendre des heures avant de repartir le lendemain matin, ou après la baignade. De plus, elle est peu épaisse donc plus pratique à fourrer dans le sac à dos.

Tente. De mon côté, je suis parti avec une tente Quechua 2 secondes attachée au dos de mon sac. Avec le recul… ce n’était pas forcément la meilleure idée. Quoique. Quand elle me servait, elle permettait d’être déployée facilement et rapidement, de jour comme de nuit, et par tout temps. C’était rassurant.
Mais quand elle ne me servait pas – c’est-à-dire parfois durant plusieurs mois d’affilés – je ne pouvais pas la ranger ailleurs. Elle dépassait légèrement sur les côtés et il était fréquent de devoir passer certaines portes de profil.
Sinon, préférez une petite tente légère qu’on peut ranger au fond du sac.

Duvet. Duvet chaud ? Duvet léger ? Si vous êtes certain de partir vers des pays au climat tempéré durant la haute saison, optez pour un duvet léger. Pour un tour du monde, l’Himalaya, les Rocheuses, la Cordillère des Andes… inutile de préciser qu’un duvet chaud sera de rigueur.

Oreiller. Vous avez le bon vieil oreiller gonflable. Personnellement, je préfère un oreiller compressible en coton et polyester pour gagner de la place.

– Accessoires de camping : Une petite bonbonne de gaz pas trop encombrante. Pour vous donner un ordre d’idée, en l’utilisant 2 fois par jour , les bonbonnes les plus petites vendues sur le marché peuvent tenir entre 2 semaines et demi et 3 semaines et demi. Attention, les embouts diffèrent selon les pays. Et c’est ce qui coûte le plus cher… Gardez l’embout européen sur vous pour le retour. Le reste, vous devrez l’acheter sur place.

Le mieux pour la tambouille, c’est la popote ! Celle qui est vendue comme set de cuisine, c’est-à dire qu’elle renferme un gobelet en plastique, une fourchette, une cuillère, un couteau, une pince pour l’utiliser comme une casserole et le couvercle en guise d’assiette. À partir de là, vous avez tout pour cuisiner chaud.
– Pensez à l’ouvre-boîte et à une ou deux pinces à linge pour refermer les paquets entamés.

Sachets plastique refermables.

Éponge, liquide vaisselle (certifié biologique si possible), torchon.

PQ à garder dans une poche, au sec. Il vous sauvera la vie plusieurs fois !

Appareil photo/vidéo/smartphone/tablette et chargeurs. Ils doivent être toujours avec vous, partout, tout le temps ! Dans les transports, vous passerez vos nuits avec. Faute d’avoir trouvé un endroit sûr, il m’est arrivé de les amener jusque dans la douche. Inutile de préciser que plus vous avez de matériel, plus vous avez de chance de vous les faire voler. Pour ma part, j’avais un appareil photo et un caméscope, c’est tout. Si vous songez à prendre 3 ou 4 appareils, gardez-les tous sur vous, dans une ou 2 sacoches que vous transporterez partout. Mais bon… à partir de 4 appareils, ça commence vraiment à faire beaucoup…
– Puisque ce sont les choses que vous conserverez le plus souvent sur vous, je vous conseille d’utiliser une des poches de votre sacoche à appareil photo par exemple pour mettre ce dont vous aurez le plus besoin dans les transports. Prenez les choses que vous aurez tendance à oublier régulièrement dans la soute : boules Quies (de jour comme de nuit, dans certains pays, le bruit est omniprésent), masque de nuit, stick lèvre, paquet de mouchoir, gel hydroalcoolique.

– À prévoir : Adaptateur. Ils n’en vendent pas forcément à l’aéroport. Encore moins si votre avion atterrit à 3h du matin et que tous les duty-free sont fermés. C’est un accessoire qu’il est donc préférable d’acheter avant le départ.

Chaussures de trekkingChaussures. Vos meilleures amies. À bien choisir, à tester en boutique. Ne pas hésiter à déambuler avec dans tout le magasin. À re-tester en nature, au pas, au trot, au galop. Etant donné que vous trouverez difficilement la place de mettre une seconde paire de chaussure dans votre sac, mieux vaut opter pour des chaussures de trekking. À cheval entre les solides chaussures de marche et la paire de basket. Histoire d’être autant à l’aise en ville qu’en montagne.

– Éventuellement des tongues, si vous trouvez la place…

– On ne va pas énumérer toute la lingerie que vous devrez emporter, néanmoins il vous faudra quelques vêtements pratiques ou indispensables, homme ou femme :

short
pantalon zip off : c’est un pantalon léger qui se transforme en short en 2 coups de zip. Cela vous permettra aussi de faire un roulement avec l’autre short lors d’un lavage en machine.
Chaussettes de trekking.  Elles sont en fibres synthétiques à base de polyester. Elles évacuent l’humidité et sèchent rapidement. Prenez-en 2 paires.
Poncho. La protection intégrale contre la pluie tropicale
Veste légère imperméable
Foulard chèche (qu’on appelle aussi « foulard touareg »). C’est une longue écharpe respirante en coton, qui vous protégera le cou et les cervicales des courants d’air, mais aussi du froid en randonnée et des fortes chaleurs lorsqu’elle est enroulée autour du crâne. Elle a également l’avantage de sécher très rapidement.

Prenez aussi 3 paires de chaussettes normales, 4 tee-shirt, 2 sweat, et un short de bain.

Si vous partez pour un trek en montagne ou si vous affrontez des basses températures. Achetez tout sur place, ne vous encombrez pas de cela au départ. Et ça vous coûtera largement moins cher !
chaussettes chaudes
veste chaude imperméable
pantalon imperméable
genouillère
bâton de marche
bas de laine
bonnet
écharpe
gants

Voilà, j’ai énuméré un maximum d’éléments à emporter pour un long voyage . Chacun a son importance, mais ne vous inquiétez pas, au bout de 3 ou 4 jours d’expédition, vous connaîtrez par cœur le contenu de votre sac et la disposition de chaque objet à l’intérieur.
Ci-dessous, la liste en version A4 imprimable. Cliquez sur l’image puis imprimez-là depuis votre navigateur.

Remplir son sac version imprimable

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Théories de voyage… et beaucoup de pratique !